samedi 31 octobre 2009

Volupté.



Etre dans ses bras est une volupté,
Lui parler me charme,
Etre contre lui m'enchante,
Et plus que son souffle rien ne peut m'apporter de chaleur.
Son corps est ma demeure,
Ses lèvres mon plaisir,
Nul bonheur ne peut égaler
Le frisson que m’offre sa main !
Ô que j'aime me régaler
En caressant ses reins des miens.

°koukou42° Pour Patrick

jeudi 29 octobre 2009

Corps à corps ...















Dans les parfums suaves de l'amour
C'est déjà la fin du parcours ;
Soudain les muscles se lassent
Alors que le temps, lentement passe.

Las, le souffle s'appauvrit
Les corps cessent leurs frénésies ;
La peau soudain se rétracte,
Nos corps cessent enfin leurs contacts.

Haletants, le souffle court
Nos deux corps perlent d'envies
Après cet instant d'amour
De passer unis la nuit.

(à Patrick) Merci encore pour cette douce nuit passé à tes côtés.

°koukou42°

dimanche 25 octobre 2009

Une rose.







Une rose blanche, parfumée, cadeau de mon amoureux ce matin...en plus des croissants frais...

°koukou42°

samedi 24 octobre 2009

Gant de velours.

















Sur ma peau douce, fragile ; elle ondule
La main de mon nouvel amant
Comme le balancier de la pendule ;
Ses mots sont doux, impertinents.

A la renverse, il me bouscule
Tendit que sur nous, le crépuscule
Etend son doux gant de velours
Invitant nos corps à faire l’amour.

°koukou42°

jeudi 22 octobre 2009

Carnet de voyage : Les villes impériales. (2)







Dimanche 20 octobre.

Réveil à 7h30 pour notre première journée consacrée à la visite de Marrakech dite « la rouge ».
Nous commençons par les jardins de la Ménara, des vergers surtout peuplés d’oliviers, entourent un vaste bassin rectangulaire, dont un des côtés est agrémenté d’un pavillon qui était utilisé par les sultans pour leurs pique-niques.

Nous continuons par la Médina avec la visite des tombeaux Saadiens qui sont d’une beauté tant par les zelliges, les stucs, les frontons de cèdres sculptés.
Puis continuation pour le palais El-Badi et ses 360 pièces organisées autour d’un vaste bassin central et de jardins d’oliviers et d’agrumes en contrebas, mais qui est bien malheureusement en ruine ; surtout peuplé par des hordes de touristes et de cigognes qui vivent en toute quiétude.

Puis nous continuons par la deuxième plus grande mosquée du Maroc :
La Koutoubia avec son minaret qui culmine à 77 mètres et qui sert d’emblème et de point de repère pour toute la ville ; chaque face est ornée de motifs différents ; architecture exceptionnelle qui est couronnée de quatre boules de cuivres.

Nous poursuivons notre périple dans les souks : cuirs, bijoux, objets en fer forgé, tapis, céramiques, textiles, épices, fruits frais et secs, poissons et viandes pendantes aux étals dans un bourdonnement des mouches, tout un bric-à-brac avec des odeurs pas toujours agréables. C’est tellement animé que l’on penserait être à l’intérieur d’une fourmilière. Il y à tant à voir, à sentir et toucher que l’on y passerait des jours, des mois où même des années sans se lasser, voguant de découvertes en découvertes.
Nous ressortons enfin de ses étroites ruelles insalubres et bruissantes, mais tellement merveilleuses pour nous retrouver sur la place Djemaa El-F’na, qui peu avant le coucher du soleil, s’anime de bateleurs, de conteurs, de musiciens, de charmeurs de serpents, d’acrobates, de vendeurs de jus de fruits (oranges d’un délice !), de fruits secs et de babioles en tous genres.
Et d’un seul coup, s’installent en une poignée de temps, des bancs, tables et multiple boui-boui qui enfument toute la place pour proposer à manger pour une somme modique. Il y à la de quoi flâner, ébahis, charmés et amusés, de spectacles en spectacles.
Nous rentrons à l’hôtel AL KABIR pour notre deuxième nuit à Marrakech.

Demain, nous partons en direction de Beni Mellal par le haut atlas.

°koukou42° Dimanche 20 octobre 2002

mardi 20 octobre 2009

Quand je pense à toi…




Quand je ferme les yeux
C’est à toi que je pense
Ton regard, tes cheveux
Tendrement me balance.

La chaleur de ton corps
Qui enserrant le mien
Me fait perdre le nord
Sous l’assaut de tes mains.

M’endormir près de toi
Connaître d’autres ivresses
Dans l’étau de tes bras
Où tous n’est que tendresse.

°koukou42° (à Patrick)

samedi 17 octobre 2009

Carnet de voyage : Les villes impériales. (1)


Samedi 19 octobre.

Aéroport de Lyon Saint-Exupéry, départ de notre semaine de vacances au Maroc.
Au programme : Les villes impériales.
Nous avons rendez-vous à 18h30 au comptoir du voyagiste pour récupérer nos billets. Nous sommes entourés d'une nuée de "vieux" qui s'impatientent parce que celà ne va pas assez vite (alors qu'ils vont attendre 2 heures avant d'embarquer).
20h35, nous embarquons dans un boeing pour le vol AT5763 de Royal Air Maroc, la température extérieure est de 9° environ. Le vol se passe très bien, nous mangeons à bord.
Pour mon baptème de l'air, je n'ai ressenti qu'une petite gêne au décollage et je n'ai pas été malade comme certains des passagers.
Nous atterrissons à Marrakech à 22h45 et la température est de 29°, nous sommes complètement en vacances maintenant.
Nous sommes les premiers à nous installés dans le bus qui nous conduira à l'hôtel et nous en profitons pour scruter toutes les personnes qui feront le circuit avec nous.
Pendant le trajet sur Marrakech, la guide nous fait savoir que nous ne faisons pas parti de ce groupe ainsi que deux autres personnes.
Ouf ! Nous n'aurons pas à supporter le vieux qui râle depuis notre départ de lyon.
Nous arrivons à l'hôtel AL KABIR qui se trouve dans le gueliz (le quartier moderne et européen), nous dormirons la fenêtre ouverte comme toutes les nuits où presque...

° koukou 42 ° Samedi 19 octobre 2002

jeudi 15 octobre 2009

Le merle.




Le macadam reluisant
Par la chute des gouttes plombées
Où se reflètent les passants
Assombrit cette journée

Le ciel devient gris perle
Sous la charge des nuages gris
On entend le chant d’un merle
Qui retourne vers ses petits.

°koukou42°

lundi 12 octobre 2009

Dans ses bras.



Qu'il fût bon d'être dans ses bras ce dimanche après midi et cette nuit, notre première nuit ensemble.

°koukou42°

samedi 10 octobre 2009

Quatorze ans.










Quatorze ans de bonheur, de tendresse, de câlin, de facécie, d'amour.
Elle me manque.

°koukou42°

jeudi 8 octobre 2009

Le chat.




Ses quatre pattes blanches poilues
Ses deux oreilles droites velues
Avec son air de polisson
Le chat ravi, une lueur dans les yeux
Aimerait remplir son estomac vide
En croquant et mangeant l’ide.

°koukou42° à Crapule

mardi 6 octobre 2009

Samedi soir.




18 heures.
Deuxième rendez-vous.
Chez lui pour l'apèro.
Discutions, rires, découvertes de nous.
Flirt.
Envies de le toucher.
Puis
"
"
"
"
"
"
"
"
"
Câlins sur la banquette.
Le temps passe sur nos caresses, nos baisers.

J'embrasse son torse. Je m'apaise contre lui, mon coeur se calme, passe le temps, le rythme cardiaque se ralentit, systole, beaucoup de temps passe, un temps fou, dyastole, tellement calme maintenant que je crois que mon coeur s'est arrêté pour de bon.
Il s'endort sur mon épaule, peau à peau perlant d'aller plus loin.
J'embrasse son torse.
Qu'il fait bon être contre lui.
23 heures.
Je rentre chez moi, en mode éthéré.


° koukou42 °

lundi 5 octobre 2009

samedi 3 octobre 2009

Saintes prières.




Il colle ses mains sur ma tête et s’impose :
Me baisse, m’agenouille
Alors enfant de chœur ;
Je prie, je communies et j’incante le cierge turgescent.
Il se durcit et j’endure.
Je quémande et quête.
Il se renforce alors.
J’implore et l’invoque.
Oraison jaculatoire
Pour bénédiction éjaculatoire.
La langue offerte au goupillon humide.
Il me saisi la tête.
Il s’insinue dans mon tréfonds buccal, me bouleverses et me prend.
J’affecte ;
Je bande.
Il me fouille et m’égoïne ; Puis,
Il s’installe, s’encastre et m’occupe.
Je le dévore et l’engloutit - Alors ;
Il se contracte, m’approfondit, tape et se rattrape, les mains derrière ma nuque.
Il se fond en moi, m’empoigne et ce romps.
Je reçois et capture.
Aaah !!!
Il m’imprègne, m’imbibe – Enfin ;
Il coule en moi en cascade d’amour.
Ecume.
Déluge.

°koukou42°

jeudi 1 octobre 2009

Automne.




La rosée s’accroche à la toile
D’araignée qui attend sa proie
Tendis que le soleil se voile
Et qu’arrive doucement le froid.

Le chevreuil lève la tête et hume
L’odeur automnale dans la brume
Et l’humidité de la terre
Qui nous révèle tous ses mystères.

°koukou42°